Studio de conception d’imprimés et motifs

Print Design Studio

La sustainability dans l’industrie de la mode en 2021

La sustainability, ou viabilité est un mot souvent utilisé ces cinq dernières années, mais il s’agit d’un mouvement progressiste qui existe depuis longtemps.

En tant qu’entreprise d’impression textile basée à Londres, notre situation géographique nous a permis de découvrir facilement les évolutions de l’industrie du tissu, des méthodes de teinture sans eau aux fibres recyclées. De nombreuses marques révèlent leur traçabilité, leur utilisation de matériaux organiques ou naturels, ou n’utilisent que des produits recyclés. Il y a beaucoup de choses qui se passent sur le terrain ces derniers temps, et même en tant que concepteurs d’imprimés, MatchyMatchy Design aime savoir comment nos toiles évoluent chaque année.

Les matériaux ou les fibres utilisés dans les tissus sont la base essentielle de la façon dont ils peuvent être utilisés, non seulement pendant leur durée de vie mais aussi à la fin de celle-ci. De nombreuses avancées ont été réalisées dans le secteur, avec le développement de produits plus propres et la conservation des ressources non renouvelables, mais il existe encore un énorme potentiel d’innovation. Les entreprises, petites et grandes, sont attentives à la demande des consommateurs pour des options de produits plus durables et transparents à long terme, ce qui implique un examen des pratiques commerciales actuelles et une restructuration de leur modèle. L’introduction de technologies ou de produits réutilisables et recyclables peut améliorer l’industrie et la planète dans son ensemble.

Les consommateurs éco-responsables se détournent des tissus synthétiques, surtout depuis que l’on a découvert qu’environ 35 % des microplastiques qui se retrouvent dans l’océan proviennent des textiles. Vos vêtements perdent des microplastiques même lorsqu’ils ne sont pas lavés, c’est-à-dire lorsque vous les portez simplement. Le polyester et les nylons recyclés ont fait leur entrée sur le marché commercial au cours de la dernière décennie et sont présentés comme l’une des plus grandes évolutions de l’industrie textile, mais la vérité est qu’ils ne sont pas aussi parfaits qu’ils le semblent. Ils permettent de réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles pour fabriquer de nouveaux matériaux, mais le développement des tissus en plastique recyclé présente des avantages et des inconvénients.

Lorsque Nike a fabriqué les uniformes de la Coupe du monde 2010 à partir de polyester recyclé, l’entreprise ne faisait que poser les bases avant de devenir le plus grand utilisateur de plastique recyclé du secteur. Aujourd’hui, avec 75 % de la plupart de leurs produits utilisant ce matériau, leur engagement en matière de sustainability semble inébranlable. Une chose à noter : le plastique reste du plastique, et laver des maillots de football en polyester, qu’ils soient recyclés ou neufs, continue de le décomposer et d’introduire des microplastiques dans les systèmes d’eau. Ces mêmes fibres ne se dégradent jamais et se glissent dans les filtres des eaux usées, dans la faune et l’environnement, et pénètrent dans notre corps par le biais des aliments que nous consommons et de l’air que nous respirons.

Dans cette optique, de nombreuses personnes se tournent vers l’achat de tissus naturels uniquement. Le désir de revenir à des matériaux organiques s’est développé de manière exponentielle avec l’essor des modes de vie durables, et les fibres à base de cellulose comme la rayonne et le modal sont les pionniers de cette course au retour à la terre. Ces fibres sont récoltées à partir de sources de bois renouvelables comme le hêtre, le pin et le bambou.

L’entreprise textile autrichienne Lenzing AG est connue pour son lyocell TENCEL™ qui est fabriqué à partir de bois d’eucalyptus récolté dans des exploitations arboricoles gérées durablement. Ces arbres poussent rapidement avec une faible consommation d’eau, et ne nécessitent aucun pesticide dangereux pour se développer. Le processus de fabrication de ces tissus est en circuit fermé et n’utilise qu’un seul produit chimique, un solvant non toxique appelé oxyde d’amine. Il est réutilisé à 99 %, ce qui minimise l’impact sur l’environnement et permet d’économiser l’eau et l’énergie.
Toutes ces fibres possèdent des qualités de haute performance, étant plus absorbantes que le coton ou même la laine et ayant un toucher extrêmement doux tout en étant très durables. Des vêtements de sport à la literie, les tissus fabriqués à partir de ces fibres, notamment le lyocell, sont très performants grâce à ces propriétés spécifiques.

Lenzing a également développé une nouvelle fibre qui utilise les déchets de coton des marques de mode Inditex comme Zara, Massimo Dutti et Bershka. L’idée d’utiliser les déchets de coton post-consommation est un progrès considérable dans la poursuite de la construction d’un écosystème textile entièrement durable, et Lenzing est un pionnier dans le développement d’un meilleur avenir pour l’industrie du tissu. L’utilisation de vêtements non désirés permet non seulement de résoudre le problème mondial de l’élimination des déchets vestimentaires, mais aussi d’augmenter considérablement les ressources en matières premières pour la production textile et de réduire la pression sur les terres à défricher pour l’agriculture traditionnelle des tissus comme le coton.

Le coton est la fibre de prédilection depuis des millénaires, mais la surconsommation de ce matériau manuel met à mal les ressources nécessaires à la culture de cette plante exigeante. Cette ressource nécessite une forte main-d’œuvre, et de nombreux pesticides toxiques sont utilisés dans le coton non biologique. Ces produits chimiques dangereux affectent directement les travailleurs et polluent également les écosystèmes locaux et les réserves d’eau potable, provoquant des maladies de la peau et des cancers.
Même le coton biologique qui n’utilise pas de pesticides chimiques n’est pas beaucoup mieux que son homologue non biologique. Première culture non alimentaire au monde, il consomme d’énormes quantités d’eau dans des régions déjà sèches et arides, réduisant même de 90 % la mer d’Aral en Asie centrale en raison du détournement de l’eau pour irriguer les exploitations de coton. Cela ne veut pas dire qu’il faut le vilipender, mais se tourner vers d’autres matières alternatives au lieu de se concentrer sur une seule peut faire des merveilles pour notre écosystème mondial.

Le chanvre est une fibre alternative qui fait son retour dans les textiles contemporains. Il s’agit de la première plante cultivée utilisée pour la production textile, mais elle est également utilisée dans un nombre incroyable d’industries, du carburant à la construction. Cette culture miracle consomme une énorme quantité de dioxyde de carbone, absorbant 22 tonnes de CO2 sur un seul hectare. En faisant deux récoltes par an, on double la quantité de dioxyde de carbone éliminée de l’atmosphère. Cette plante à faible impact et sans émission de carbone utilise beaucoup moins d’eau que le coton pour pousser et ne dépend pas des herbicides et des pesticides pour prospérer.
En tant que matériau durable et résistant au boulochage, la résistance à la traction du chanvre est quatre fois supérieure à celle des autres fibres naturelles traditionnelles. Le chanvre est traditionnellement transformé en un matériau semblable au lin qui s’est avéré populaire pour les usages domestiques tels que les torchons et les tapis, mais il est maintenant exploré pour créer des tissus innovants avec une texture plus lisse que ses homologues traditionnels. Même s’il est mélangé à d’autres fibres à fort impact, la présence de chanvre réduit l’empreinte carbone globale du tissu fini. De nombreux acteurs entrent dans le jeu avec des tissus en chanvre comme le denim, ou en le mélangeant avec du lyocell pour une finition plus douce. Le chanvre est utilisé dans les sous-vêtements, les vêtements tricotés et même les couches pour bébés, grâce à ses propriétés naturellement respirantes et à sa faible rétention de chaleur.

Néanmoins, même avec l’utilisation de tissus naturels, les processus de teinture et de finition utilisent des produits chimiques qui ont un impact négatif sur l’environnement. Les histoires d’horreur concernant les eaux usées toxiques des usines qui sont déversées dans des cours d’eau où la faune et la flore sont légion. Environ 17 à 20 % de la pollution industrielle de l’eau est due aux teintures et aux traitements des tissus, et environ 8 000 produits chimiques synthétiques sont utilisés pour blanchir, traiter et faire briller les vêtements. Ces produits chimiques ne restent pas seulement dans l’eau dans laquelle ils sont rejetés, mais s’évaporent également dans l’air que nous respirons ou sont absorbés par la peau, provoquant des irritations ou des éruptions cutanées dans le meilleur des cas, ou des cancers dans le pire des cas.

C’est dans cet esprit qu’une société appelée DyeCoo a été créée en 2008 et a depuis breveté une technologie de teinture industrielle à base de dioxyde de carbone qui élimine totalement le besoin d’eau et de produits chimiques de traitement lors de la teinture des tissus, et réduit également la consommation d’énergie de 50 %. Environ 100 à 150 litres d’eau sont utilisés en moyenne pour traiter un kilogramme de textile, alors que 28 milliards de kilogrammes de textiles sont teints chaque année. Avec ce système, qui a fait l’objet d’années de recherche, aucune eau n’est consommée et la vitesse de traitement est deux fois plus rapide. Il utilise du CO2 industriel récupéré comme milieu de teinture, qui est continuellement capté et réutilisé. La teinture résiduelle est minime et peut être extraite et recyclée dans le système en circuit fermé. De grands acteurs comme IKEA et Nike utilisent déjà cette technologie et les couleurs vives et intenses obtenues sont plus que satisfaisantes. Avec un peu d’espoir, d’autres usines textiles abandonneront progressivement les systèmes de teinture traditionnels au profit de cette nouvelle alternative.

La sustainability dans l’industrie textile ne se limite pas à la production de textiles. Les investissements nécessaires pour réduire les émissions de carbone, la consommation d’eau et ainsi créer des systèmes plus efficaces peuvent prendre des années. La recherche sur les fibres naturelles recyclées, comme les déchets de coton, ne fait que commencer : le financement de l’agriculture régénérative pour garantir des écosystèmes sains au lieu d’utiliser des pratiques agricoles nocives pour les cultures textiles est un engagement que les usines et les marques commerciales commencent à prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous cherchez quelque-chose ?
Utiliser notre barre de recherche ci-dessous

78 Kingwood Road

London SW6 6SS

Suivez nous

Nos Collections

Liens rapides

Blog

Nos communautés textile

Chez MatchyMatchydesign, nous savons que nous sommes plus forts ensemble. C’est pourquoi nous sommes fiers d’annoncer que nous sommes désormais membres de deux communautés textile...

En savoir plus